29.3.07

Les vrais affaires

Le député de Huntingdon, l'agriculteur Albert de Martin a dit qu'il fallait «remettre le Québec sur les rails, en termes de développement économique. On sait que le Québec est en tête de queue, au niveau des États nord-américains».

Le député de Beauce-Nord, Janvier Grondin, a dit vouloir «amener des idées pour la classe moyenne pour aider les citoyens, pas toujours parler de la séparation».

Le député de Shefford, François Bonnardel, veut aller chercher «comme opposition certaines parties de notre programme qui peuvent passer».

Celui de d'Iberville, André Riedl, veut brasser la cage du gouvernement, parler «des vraies affaires» et «améliorer le service à la clientèle».


Via L'Apresse

27.3.07

Gens de la gauche, divisez-vous!

J'ai fait un petit calcul. Voici la liste des circonscriptions où le PQ l'aurait emporté s'il avait pu compter sur les votes verts et solidaires.

Deux-Montagnes, Drummond, Hull, Laurier-Dorion, Laval-des-Rapides, L'Assomption, LaPrairie, Johnson, Joliette, Mégantic-Compton, Orford, Prévost, St-François, St-Henri-Ste-Anne, St-Hyacinthe, St-Maurice, Sherbrooke et Terrebonne.

C'est Dumont et Charest qui sont contents...

J'ai honte (2)

Une porte s'est ouverte officiellement hier. On va maintenant, comme aux USA, faire des campagnes électorales en tapant sur la tête d'ennemis imaginaires: les immigrants, les fi^H^Hmontréalais. Puisque la tactique a brillamment fonctionné, aucune autre élection au Québec ne se déroulera sans qu'on l'utilise. C'est pitoyable. Je vis maintenant dans une circonscription adéquiste représentée par une députée dont le QI ressemble en tout point à celui d'un pot de fleur. Bravo.

La table est mise pour un gouvernement majoritaire Harper. Des débats sur la peine de mort et l'avortement, ça vous dit?

Quelqu'un connait un bon programme de post-doc, loin?

26.3.07

J'ai honte...

Et je vais commencer à chercher à déménager, loin.

Vous voulez être morons? Vous le serez sans ma contribution.

22.3.07

Bientôt ministre...




Ne riez pas, il va certainement gagner dans Portneuf..

16.3.07

George est fatigué



Le poids de son épinglette, sans doute...

Charles Taylor et le prix Templeton

On a récemment encensé Charles Taylor pour le fait qu'il vient de recevoir le prix de la fondation Templeton (même la blogosphère n'y échappe pas). J'aime bien Charles Taylor. Ses contributions, particulièrement en philosophie politique, ont été centrales aux récents débats sur la place de l'appartenance culturelle dans la sphère du politique. Je suis bien content de sa nomination à la Commission sur les accommodements raisonnables. Ce qui me plaît moins, c'est le fait qu'il ait accepté le prix de la fondation Templeton, fondation qui s'amuse à lancer de l'argent à la tête de sommités intellectuelles qui sont prêtes à dire n'importe quoi de positif à propos de la religion (pour reprendre l'expression de Richard Dawkins). Si vous ne le savez pas, la fondation Templeton est dédiée à la "découverte de réalités spirituelles", i.e. à essayer par tous les moyens de faire croire que l'idée qu'il existe quelque chose comme un dieu est rationnellement fondée. Au-delà de la fraude intellectuelle évidente à la base d'une telle entreprise, la fondation a donné du fric à des luminaires humanistes tels lui et elle. La fondation était si encoquinée avec les créationnistes fanatiques, qu'elle a récemment été obligée de prendre ses distances avec eux, étant donnée la toxicité du mouvement en question.

Bref, y'a pas de quoi se réjouir. Si Taylor n'a jamais fait de secret de ses convictions religieuses, il devrait être beaucoup plus prudent lorsqu'approché par de tels organismes. J'ignore quelle influence pourrait avoir cette question sur les travaux de Taylor pour la Commission, mais les événements font qu'il faudra garder l'oeil ouvert.

15.3.07

Le caractère distinct de la droite québécoise

Les idées de Mario Dumont, lorsqu'elles ne bénéficient pas du vernis apporté par la relecture ('tention lien vers un pdf), possèdent toutes une trame de fond commune. Elles se basent sur le rejet d'un groupe de personnes comme charge émotive pour livrer le message. Un exemple? Faire "payer" les criminels pour les prisons. Bien sûr (et c'est aussi un point commun des politiques défendues par l'ADQ), lorsqu'on s'attarde sur la faisabilité de la chose, ça se gâte au point où on se demande si quelqu'un a vraiment réfléchi à la question. Toutefois, habituellement, la classe de personnes visées - les épouvantails de service - est constituée des fonctionnaires qui gèrent un service quelconque. Les commissions scolaires. Le réseau de la santé. Et ainsi de suite.
Bien sûr, on ne dit pas que d'autres coupures et d'autres réformes sont en plein la chose dont le système n'a pas besoin; ça fait plus de vingt ans qu'on se livre à des coupures dans les services publics au Québec. Pensez-vous sérieusement qu'il reste du gras à couper? Non, il reste des services que la population considère comme essentiels dans lesquels il faudra couper si l'on veut réduire la taille de l'état pour vrai. Par ailleurs, à chaque fois qu'on se livre à des réformes de structure, ça prend au moins 5 ans avant que le système se restabilise. Pendant cette période, les gens qui y travaillent (et qui voient souvent leurs tâches être redéfinies pour la nième fois sans explication) s'occupent plus de retrouver leur équilibre que se concentrer sur leur travail. M'enfin.

Il reste que le fait de taper (encore) sur les fonctionnaires, c'est peut-être payant aux yeux d'un électorat mal informé, mais ça traduit quelque chose de beaucoup plus dangereux: la haine de la gouvernance, l'idée qu'un gouvernement et ses institutions, ça sert à rien. Si le thème du "small government " est commun à la plupart des partis de droite, la véhémence de l'ADQ face à celle-ci est plus forte que celle que l'on trouve chez les conservateurs de Stephen Harper. Son caractère distinct, c'est son rapprochement évident avec ce que l'on voit aux USA, avec Bush et le GOP. Si vous voulez mon avis, l'ADQ, c'est le programme Elvis Gratton par excellence. Le fait que les charges de Dumont aient dominé la campagne est directement responsable de ce sentiment de vide qui la caractérise. Et si vous vous voulez vous imaginer à quoi ressemblerait un gouvernement adéquiste, vous n'avez qu'à tourner votre regard vers le sud: un gouvernement qui se fout de ses responsabilités et qui est entièrement dédié, de par sa haine de la gouvernance, à rediriger l'argent des contribuables dans les poches de ses amis.

C'est ça l'ADQ.

14.3.07

Pensées sur le débat des chefs

Qu'est-ce qui est arrivé avec Patapouf? Il avait l'air si fatigué, il souriait sans cesse sans raison. Il semblait très difficile pour lui de défendre son bilan. Il a semblé avoir un certain regain de vie vers la fin du débat, mais, somme toute, il était mou, suffisant et dénué de son aggressivité habituelle. Quant à Mario, comment se fait-il qu'après son éprouvant passage à TLMEP qu'il se soit aussi peu préparé à répondre aux objections basées sur ses prévisions budgétaires? Comment se fait-il qu'on ait pas corrigé ce qui semble être le pire défaut de l'ADQ: l'impression que le tout n'est pas très sérieux? Il n'avait clairement pas l'air de quelqu'un qui pourrait être premier ministre. Quant à Boisclair, c'est le gagnant. C'est vrai que les attentes étaient basses, mais il était le seul qui semblait être à la hauteur de ce que le débat exige de ses participants: de montrer que l'on peut être premier ministre.

12.3.07

Fox News

Une liste d'images révélatrices en provenance de Fox. L'avenir de La Presse?

Via Pottersville:
















“Iraq less violent than DC?”






At least they made Hastert the big story.






“Why would the Fox News Network employ a long serving member of the terrorist Mojahedin-e Khalq organization and well known mercenary of Saddam Hussein, as its 'Foreign Affairs Analyst'?” -Iran Inter-link.org


Breaking news: Hezbollah has nukes.












It can’t be true because Bush would’ve been declared the winner by John Ellis.


The “other people” part convinced me. And, more importantly, did he attend a madrassa?


Yeah, how dare the media shirk its responsibilities in fighting terrorism like the administration?




Who needs Havidol?


Is this a multiple choice news story like the next one?


Or like the next one?






The Mayon volcano is in Luzon in the Philippines, not Indonesia.


Just in case Corey Lidle was a terrorist




It could be taken out of context, sure. But knowing Bush…




The font was so small because he barely won and the Democrats barely got the Senate.











Finally, as a tribute to the true journalistic stature of Fox’s staff, I offer you this:


Sadly, the author regrets that not a single one of these have been Photoshopped.

André Pratte

Pour André Pratte, il est relativement clair que les prétentions à être un journaliste ne l'habitent plus depuis longtemps. Et dire qu'il est l'éditeur en chef de La Presse. Ouf.

Lorsqu'on a qu'un clou, aussi bien taper dessus sans retenue. André Pratte, aujourd'hui:

Le chef du Parti québécois, André Boisclair, doit désavouer son candidat dans Saint-Henri-Sainte-Anne, Robin Philpot.

9.3.07

La liste

Tiré d'une entrevue avec Wesley Clark:

AMY GOODMAN: Do you see a replay in what happened in the lead-up to the war with Iraq -- the allegations of the weapons of mass destruction, the media leaping onto the bandwagon?

GEN. WESLEY CLARK: Well, in a way. But, you know, history doesn’t repeat itself exactly twice. What I did warn about when I testified in front of Congress in 2002, I said if you want to worry about a state, it shouldn’t be Iraq, it should be Iran. But this government, our administration, wanted to worry about Iraq, not Iran.

I knew why, because I had been through the Pentagon right after 9/11. About ten days after 9/11, I went through the Pentagon and I saw Secretary Rumsfeld and Deputy Secretary Wolfowitz. I went downstairs just to say hello to some of the people on the Joint Staff who used to work for me, and one of the generals called me in. He said, “Sir, you’ve got to come in and talk to me a second.” I said, “Well, you’re too busy.” He said, “No, no.” He says, “We’ve made the decision we’re going to war with Iraq.” This was on or about the 20th of September. I said, “We’re going to war with Iraq? Why?” He said, “I don’t know.” He said, “I guess they don’t know what else to do.” So I said, “Well, did they find some information connecting Saddam to al-Qaeda?” He said, “No, no.” He says, “There’s nothing new that way. They just made the decision to go to war with Iraq.” He said, “I guess it’s like we don’t know what to do about terrorists, but we’ve got a good military and we can take down governments.” And he said, “I guess if the only tool you have is a hammer, every problem has to look like a nail.”

So I came back to see him a few weeks later, and by that time we were bombing in Afghanistan. I said, “Are we still going to war with Iraq?” And he said, “Oh, it’s worse than that.” He reached over on his desk. He picked up a piece of paper. And he said, “I just got this down from upstairs” -- meaning the Secretary of Defense’s office -- “today.” And he said, “This is a memo that describes how we’re going to take out seven countries in five years, starting with Iraq, and then Syria, Lebanon, Libya, Somalia, Sudan and, finishing off, Iran.” I said, “Is it classified?” He said, “Yes, sir.” I said, “Well, don’t show it to me.” And I saw him a year or so ago, and I said, “You remember that?” He said, “Sir, I didn’t show you that memo! I didn’t show it to you!”


Il reste donc un an et 3/4 pour attaquer la Syrie, l'Iran, le Soudan et la Lybie. Je crois qu'on peut laisser tomber la Lybie, puisque Mohammar est devenu notre ami.

Bonne chance les amis. Time is running out! Et ce coup-là, on aura le plaisir de regarder Stephen Harper se prosterner devant eux pour participer aux hostilités.

6.3.07

Une pensée pour Mario Dumont

“I’ll tell you what’s at the bottom of it. If you can convince the lowest white man that he’s better off than the best coloredman, he won’t notice you picking his pocket. Hell, give him somebody to look down on, and he’ll empty his pockets for you."

- Lyndon B. Johnson


(In R. Dallek, Lone Star Rising: Lyndon Johnson and His Times, 1908–1960 (New York: Oxford University Press, 1991), 584, cité dans Kawachi, Ichiro and Daniels, Norman and Robinson, Dean E (2005) Health Disparities By Race And Class:Why Both Matter. Health Affairs 24(2):343-352.)

L'ADQ et la violence contre les femmes

Autonomie pour les femmes battues!

Mario Dumont promet 50$ pour chacune d'entre elles!

3.3.07

La priorité no.1 la plus importante du PLQ*

La santé, la santé, la santé, la santé. S'il y a quelque chose qui symbolise le vide sidéral derrière le programme du PLQ, c'est bien son bilan en santé. Transportez-vous lors de la précédente campagne. Charest nous annonçait alors en grande pompe l'abolition des régies de la santé. Bien sûr, pour les personnes qui ne connaissent pas l'organisation des soins de santé au Québec, la chose a l'apparence d'une idée de génie: "enfin, débarassons-nous de ces bureaucrates qui foutent rien et qui sont certainement responsables des maux du système". Or, la réforme n'en est une que de papier entête**: les régies se voient simplement donner un nouveau mandat, celui de procéder à l'intégration territoriale des établissements en santé. Fini "la gestion en silo", la 8e plaie d'Égypte, à en croire le barbu. Qu'est-ce qu'on fait? On intègre les directions des hôpitaux, des CHSLD et des CLSC avoisinants. On en profite aussi pour faire disparaître le terme "CLSC" pour le changer pour "installation". "Chéri, j'ai mal, vite à l'installation"! Super. Toutefois, le problème no.1 des québécois, c'est la porte d'entrée du réseau. Si tout le monde avait accès à un médecin de famille, on ne verrait plus les gens se précipiter dans les urgences pour des maux de tête. Or, lorsque vous fusionnez des hôpitaux (gros, 2e ligne) et des CL^h^installations (petits, 1ère ligne) ensemble, qui va dominer dans le partage du gâteau? Et si les CLSC se retrouvent avec les miettes, qu'en est-il de l'accès aux services de première ligne? Ils sont en meilleure posture?

La gestion en silo, ça peut se contrer de multiples façons. On a fait que renforcer le poids du curatif dans un système où il prend déjà toute la place, y compris dans la tête de la population. On a changé deux fois de papier entête dans les régies pour rien. On a tué (pas encore, du moins) le branding d'un établissement connu de tous. Mes félicitations.


(Les GMF? Ah oui, le bébé de François Legault?)

*Mes hommages à M.C. Auger.

**En fait, ce sont deux réformes de papier entête qui ont eu lieu. La première, à la création des Agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux, et la deuxième, à la création des Agences de santé et de services sociaux. Notez les changements subtils.

1.3.07

Al-Qaida: le moindre mal face à l'Iran?

Pour compléter le topo amorcé ici et ici, Syed Saleem Shahzad nous apprend aujourd'hui que l'Arabie-Saoudite a conclu une entente avec les militants affiliés à Al-Qaida pour contrer la "menace shiite" en Irak (i.e. on vous fout la paix et vous nous foutez la paix). C'est follement amusant.

Un peu plus, et je vais finir par le croire, que Bin Laden est confo dans des locaux de la CIA en quelque part.

Le monopole du repli sur soi

Les récents événements qui ont mené à des gains importants pour l'ADQ en région sont indicatifs d'une fracture du vote nationaliste qui, comme le soulignait Yves Boisvert récemment, sont le résultat du difficile passage vers le "nationalisme civique", incarné par Boisclair au PQ. Si Boisvert soulignait à juste titre que Boisclair n'incarne plus ce nationalisme de combat des générations précédentes de chefs du PQ, selon moi, c'est plutôt le fait que le vote xénophobe au Québec ne se range plus automatiquement derrière ce parti qui explique la chose. Si l'on assiste réellement à la naissance d'un parti qui exploitera ce problème - si Dumont troque une position moralement justifiable pour des gains politiques rapides - c'est vraiment quelque chose comme la fin du PQ qui se dessine, dans la mesure où le parti a choisi ouvertement de se dissocier de ce vote au lendemain des propos de Parizeau en 1995.

Ce n'est pas parce qu'on souhaite que le nationalisme québécois soit inclusif que tous les nationalistes québécois le seront. Le PQ abandonnera-t-il à l'ADQ ceux qui ne le sont ouvertement pas?